J’accueille 4 petits de 2 ans et presque, nous travaillons l’autonomie au quotidien.

En effet, nous ne nous pressons pas de nous préparer car nous avons le temps et nous le prenons.

L’autonomie commence dès l’arrivée dans la maison où je laisse la Tri’bout se dévêtir de leur blouson, bonnet, écharpe, casquette selon la saison, puis accrocher seuls leur vêtements sur le porte manteau qui leur est réservé à l’entrée.

Ensuite les enfants essaie d’ôter leurs chaussures et d’enfiler les chaussons, ce n’est pas toujours facile !

Dans la journée, je laisse la Tri’bout jouer librement mais quand il y a trop de jeux à terre qui risquent de les faire chuter, je leur propose de ranger un peu.

Avant de passer à table, tous les jeux sont remis en place. Les plus grands montrent le bon exemple aux petits qui adorent imiter !

Pour sortir, on oeuvre pour le chemin inverse, il faut se couvrir ! Là encore nous prenons le temps d’enfiler les chaussures et les vêtements, nous ne sommes pas pressés.

Je suis toujours à côté des enfants, quand ils sont en difficulté, je leur propose mon aide, mais je n’interviens pas automatiquement.

Au retour de la sieste, je commence par lever les plus autonomes pour qu’ils essaient de s’habiller.

Pourquoi je vous parle d’autonomie aujourd’hui ?

C’est quelque chose que je n’ai pas réussi à faire avec Manon et Matéo lorsqu’il étaient plus jeunes. J’étais toujours derrière eux pour les habiller, les chausser… je les ai beaucoup couvé (encore un peu j’avoue) et je ne les laissais jamais faire seuls !

Mais d’être toujours derrière eux, à faire pour eux ou à leur place ne les aide en rien du tout !

Au contraire, le fait de trop les couver ne les aide pas à s’ouvrir aux autres et à vivre leurs aventures.

J’ai eu du mal à l’accepter, mais des fois, nos enfants n’ont pas besoin de nous et peuvent se débrouiller sans notre aide.

Ils doivent tomber seuls pour se relever plus forts.

Vous aussi vous avez des difficultés à les laisser grandir ?